Priorités gouvernementales

Créé par le 25 fév 2014 | Dans : Non classé

Quelles sont-elles ?

Lutter contre la délinquence, les violences? Non! Le saccage de Nantes nous en a donné la preuve.

Lutter contre ceux qui ne pense pas comme lui ? Sans doute … encore faudrait-il balayer devant sa porte et chez soi avant de s’attaquer à ses opposants !!!

Lutter contre le chômage ? Nous y re-voilà !!

Déjà plusieurs fois abordé sur ce blog, voici un autre cas, ce peu de cas qu’en fait le gouvernement qui n’a que faire des chômeurs, de la reprise économique, son unique but étant son maintien au pouvoir et la taxation des riches, eux execptés.

 

Voici le communiqué de presse de l’AFIJ (Association pour Faciliter l’Insertion des Jeunes), qui vient de fermer grace au gouvernement :

Faute de soutien de la part de l’Etat pour les années à venir, l’AFIJ, Association pour Faciliter l’Insertion professionnelle des Jeunes, créée il y a presque 20 ans, se voit obligée de mettre un terme à ses activités. Le seul acteur national de l’emploi dédié aux jeunes issu de l’enseignement supérieur, diplômés ou non, disparait. Les services gratuits et de proximité, proposés sur le terrain, chaque année, à plus de 55 000 jeunes titulaires d’un bac, d’un bac+2, d’une Licence, d’un Master ou d’un Doctorat, vont disparaître en décembre 2013.

L’AFIJ un acteur de l’emploi des jeunes depuis 20 ans.

L’association aura accompagné vers l’emploi plus de 800 000 jeunes inscrits en liaison avec plus de 100 000 recruteurs en s’attachant, en particulier aux publics les plus fragiles :

  • jeunes diplômés exposés aux discriminations à l’embauche dont les jeunes en situation de handicap, les jeunes issus de l’immigration, etc.,
  • jeunes en échec universitaire, n’ayant validé aucun diplôme,
  • jeunes en grande difficulté sociale comme les bénéficiaires du RSA, les jeunes résidant dans les quartiers, les anciens boursiers…

Elle a travaillé, dans le cadre de conventions nationale et locales, en réseau avec Pôle Emploi, le réseau des Missions Locales, l’APECITA, des BAIP, des partenaires professionnels comme les MEDEF, les CCI, les CMA, etc.

L’association a construit des actions nouvelles et mené des expérimentations sociales pour répondre à l’évolution des besoins de l’environnement de l’accès au premier emploi depuis 1995. Ces activités variées de l’AFIJ répondent à de réels besoins des étudiants et des jeunes issus de l’enseignement supérieur, diplômés ou non, qui rencontrent des difficultés d’insertion professionnelle, encore plus fréquemment en cette période de crise. La dernière enquête de l’association a en effet démontré que seul 53% des jeunes diplômés se trouvent en emploi un an après l’obtention de leur diplôme dont seulement 37% en CDI.

Durant toutes ces années, l’AFIJ aura su apporter à beaucoup de jeunes un appui efficace et de qualité et un lien social très apprécié dans la période de recherche du premier emploi et de parcours chaotiques très fréquents avant l’entrée dans un emploi stable. La récente pétition lancée par l’AFIJ qui appelait le gouvernement à prendre ses responsabilités et respecter ses engagements en faveur de l’emploi des jeunes a mobilisé près de 10 000 signatures de jeunes, de professionnels, d’acteurs de l’emploi et de personnalités. Elle s’est accompagnée de plus de 4 000 témoignages de soutien qui figurent en ligne sur le site www.change.org/afij.

Un choix dicté par l’attitude du gouvernement

L’association connait depuis décembre 2012 des difficultés financières suite à des baisse successives de subventions de la part de l’Etat (Ministères, collectivités, agences publiques) et des retards de versement (FSE…). Ces difficultés l’ont conduite à s’inscrire dans le cadre d’une procédure de redressement judiciaire pour lui permettre de redéfinir en concertation avec le gouvernement son mode de financement et sa mission en lien avec les politiques publiques. L’AFIJ n’a malheureusement reçu aucune réponse du gouvernement par rapport à ses propositions et se voit aujourd’hui contrainte de mettre un terme à ses activités faute de financements pour assurer sa continuité. L’arrêt du financement de l’association correspond au mouvement général de réduction des dépenses publiques.

Quel avenir pour l’insertion professionnelle des jeunes issus de l’enseignement supérieur ?

La disparition du seul acteur entièrement dédié à l’emploi des jeunes sortants de l’enseignement supérieur, diplômés ou non, laisse beaucoup de questions sans réponses. Alors que chaque année 450 000 jeunes sortent de l’enseignement supérieur, dont 90 000 sans diplôme (19%), il devient urgent que le gouvernement définisse enfin une orientation pour leur avenir.

80 salariés spécialistes de l’insertion professionnelle des jeunes perdent ainsi leur emploi.

L’AFIJ fait part de son inquiétude sur l’avenir de ses 80 salariés et souhaite que le gouvernement intervienne pour faciliter leur reclassement au sein du service public de l’emploi. Leur situation actuelle étant liée aux choix du gouvernement.

Contact : Daniel LAMAR – lamar(at)afij(point)org

Sondage tronqué du « MONDE »

Créé par le 05 fév 2014 | Dans : Non classé

Dossier dans Valeurs actuelles, sondage à ne pas rater

 

Lisez sans faute le dossier dans Valeurs actuelles n°4026:

 » La révolte qui gronde »

Une véritable bombe : la publication des résultats de l’enquête annuelle publiée chaque année dans le Monde, menée par l’institut « Opinion way » et le Centre de Recherche Politique de Sciences Po,  intitulé Baromètre de la confiance politique ».

C’est la 5e édition mais, pour la première fois cette année, le 13 janvier, la presse n’en a dévoilé que 41 pages sur 84.

Ça a mis la puce à l’oreille de Valeurs actuelles qui s’est demandé ce qu’on voulait nous cacher, et s’est procuré les résultats de l’enquête, qu’elle publie dans son n° 4026 (de Valeurs actuelles).

Les résultats sont stupéfiants, c’est un séisme politique. En voici le résumé fidèle :

75% des Français ne font plus confiance à l’État, ni à la République.

88% rejettent catégoriquement les partis politiques.

87% jugent que Hollande n’a pas l’étoffe d’un président, ça c’est moins étonnant.

61% sont prêts à manifester, alors qu’ils n’étaient que 30% en 2010 !!

71% ne font pas confiance aux syndicats.

Mais la stupeur :

50%ne croient plus à la démocratie et souhaitent avoir à la tête du pays un homme fort qui n’a pas à se préoccuper du parlement ni des élections ».

Traduction en clair : un roi ou un dictateur, ou du moins un pouvoir personnel fort.

12% souhaitent même que l’armée dirige le pays !!

Ça c’est du jamais vu depuis 200 ans et ça montre la crise où ces gouvernements d’énarques coupés du pays réel, et d’hommes politiques  profiteurs de droite ou de gauche ont plongé le pays.

Sans surprise,

36% placent Sarkozy en tête,

34% Marine Le Pen, tous les autres hommes politiques de tous bords  sont très loin derrière.

67% pensent qu’il y trop d’immigrés en France,

50% sont pour le rétablissement de la peine de mort (ils n’étaient que

35% en 2011).

Quelles que soient les réflexions que nous suggèrent ces résultats, on voit en tout cas à quel degré de crise profonde nous a mené la politique de ces dernières décennies.

Quant à l’UMP, si elle veut revenir au gouvernement, elle ferait bien d’en tirer les leçons : les Français ne veulent plus être gouvernés par  les énarques, ils aspirent à un changement radical.

LE bon citoyen …

Créé par le 04 nov 2013 | Dans : Non classé

Les dix commandements du bon citoyen

 

LE bon citoyen ... mougeon

 

En réponse à la très inquiétante explosion de l’incivilité électorale et idéologique, cette charte du bon citoyen sera placardée dans tous les lieux publics du pays à compter du 1er brumaire An II du règne d’Hollandouille Ier.

1 . Le bon citoyen vote pour le parti socialiste. Il peut voter pour EELV ou le Front de gauche lorsque cela ne nuit pas au candidat PS.

2 . Le bon citoyen ne manifeste qu’à l’appel des syndicats officiels et tout particulièrement de la CFDT et de la CGT. En revanche, il se détourne des manifestations incontrôlées qui émanent de la société civile.

3 . Le bon citoyen regarde les chaînes du groupe France télévision ; il écoute France Inter et lit Le Nouvel Obs. S’il s’identifie aux classes populaires, il peut néanmoins regarder TF1, écouter Jean-Jacques Bourdin et lire Le Parisien.

4 . Le bon citoyen plébiscite Omar Sy et Jamel Debbouze. Ses hommes politiques préférés sont Bertrand Delanoë et Manuel Valls. S’il est un peu âgé, il peut cependant leur préférer Yannick Noah et Jack Lang.

5 . Le bon citoyen fait un don annuel au Téléthon et au Sidaction. Le reste du temps il ne s’occupe que de lui-même. Il ne rate jamais les soldes ni la fête de la Musique mais sans perdre de vue que « l’abus d’alcool est dangereux » et que « fumer tue ».

6 . Le bon citoyen aime la planète et surtout l’Union européenne qui lui a apporté la paix et la prospérité. S’il s’identifie aux classes populaires, il est autorisé à aimer la France du 4 au 21 juillet pendant le Tour.

7 . Le bon citoyen pense que ceux qui dérapent verbalement ou qui donnent des fessées à leurs enfants doivent être incarcérés mais que la prison n’est pas la solution pour les violeurs et les assassins.

8 . Le bon citoyen pense que la République française est la quintessence de la démocratie et que les médias français sont exemplaires. Il ne sait pas exactement ce qui se passe en Hongrie et en Russie mais il pense que c’est grave et pas démocratique du tout.

9 . Le bon citoyen pense que toutes les cultures et toutes les religions se valent à part la civilisation européenne et la religion catholique. Il considère que tout le monde est le bienvenu en France, à l’exception des citoyens français.

10. Le bon citoyen adhère de toute son âme au « pacte républicain » et aux « valeurs de la République » mais se garde bien de chercher à savoir ce que ces expressions peuvent bien signifier et recouvrir.

 

Source

La goutte d’eau qui fait déborder la vase !!!

Créé par le 25 oct 2013 | Dans : Non classé

SOS FRANCE EN DANGER

Etat d’urgence…

Témoignages :

 

 

« C’est trop facile de changer les règles du jeu lorsque le jeu ne vous convient pas !

J’en ai franchement marre et plus que marre de payer pour des abrutis nantis et bon à rien !

Je propose que nos députés intelligents aillent au bout de leur logique et leur absurdité.
Proposition de loi :
Article 1 : tous les salaires sont prélevés par l’état.
Article 2: les sommes prélevées seront divisées par le nombre d’actifs.

Là on en arrive à l’égalité pure entre tous les salaires y compris pour les chômeurs, clandestins etc… !
Quel bel élan de fraternité républicaine !
Quant à la liberté, on peut s’asseoir dessus !

Une révolution est en marche et je ne vais pas m’en plaindre !
Et s’il faut donner sa vie pour défendre notre pays attaqué de l’intérieur, je la donnerai ! »

————————–

« Et les commerçants, artisans et professions libérales vont bientôt se mettre également en grève….. de paiement car il semblerait que les cotisations soient appelées à augmenter ! Y en a vraiment marre de payer pour des nantis, qui ne sont même pas dans l’hémicycle pour voter les lois. »

——————–

 » je propose une (…) autorisation payante pour pouvoir porter le voile en France !? »

Trouvez-nous des boulots pas des modes d’emploi pour ranger nos frigos…

Créé par le 25 oct 2013 | Dans : Non classé

Mais le gouvernement est pétrifié car les préfets expliquent aux plus hautes zautorités (comprendre François et Jean-Marc) que les Français sont très, très en colère contre ceux qui les dirigent. Eh bien vu la teneur des courriers de lecteurs que je reçois, compte tenu des discussions que je peux avoir avec des vrais gens, je ne peux qu’abonder dans ce sens.

Les Français sont furieux car on leur ment.

Les Français sont furieux d’entendre ce discours lénifiant permanent de dirigeants dépassés nous expliquant que quand même, tout va bien.
Les Français sont furieux que l’on ne pose pas les vrais problèmes.
Les Français sont furieux du poids de la langue de bois qui justement empêche la libre expression réelle, de ce politiquement correct et de cette bien-pensance abjecte interdisant d’appeler un chat un chat, un con un con.
Les Français sont furieux d’être pris pour des vaches à lait.
Les Français sont furieux de voir le président de la République se saisir d’un sujet dont tout le monde se fout (l’affaire de la petite de 15 ans) alors que tout part en vrille dans ce pays.

Alors stop, non mais stop quoi !! Un peu de sérieux, de sérénité et surtout de travail, car vous avez l’air d’une sacrée bande de bras cassés qui ne comprennent rien à rien même pas l’idée du rendement décroissant. Vous êtes ministres bon sang, président, ou Premier ministre ! Ça, pour être normaux, vous êtes normaux, avec un QI plus que normal et des capacités normales… rien de plus, vraiment…

Plus vous augmenterez les zimpôts, moins les caisses se rempliront… C’est simple comme bonjour, entre ceux qui se cassent, ceux qui arrêtent de bosser, ceux qui n’ont plus envie de se fatiguer et l’augmentation de toutes les aides
pour faire plaisir à l’électorat de gôche, il est évident que nous allons vers une catastrophe historique. Alors stop.

Stop à cette crétinerie qui a envahit la totalité de notre société et qui fait des ravages.

Tenez, pour la route, voici une perle sur laquelle je suis tombé !

Le gouvernement qui n’a rien d’autre à foutre m’explique comment ranger mon frigo !

Voilà à quoi nous en sommes réduits en France, pays des lumières éteintes depuis longtemps….

Nous payons des bons à pas grand-chose, à faire des choses qui ne servent à rien comme un site Internet baptisé alimentation.gouv.fr, pour être officiel c’est de l’officiel.

Ça commence comme ça : « Des conseils pour bien ranger votre frigo (c’est le titre avec une grosse photo de frigo) »

Puis ça continue comme ça : « Bien utiliser le réfrigérateur (c’est vrai ça on avait besoin que le gouverne-ment nous explique comment ranger notre frigo, j’ai aussi un problème de place dans mon placard à balais et mon armoire à chaussures est un peu encombrée) »

Puis on nous dit qu’il faut « ranger les produits à la bonne place »… Eh oui, nous avons des fonctionnaires pour nous donner la place de notre bouffe dans notre propre frigo… rigolez pas.

Mais ils ne se sont pas arrêtés là. Comme on croule sous le pognon dans notre pays, ils ont même fait une petite animation en image sous forme de « jeu ludique » car nous ne sommes que des crétins méprisés ostensiblement par des gens qui ne valent guère mieux que la grande majorité d’entres nous… Alors il faut nous expliquer comment ranger notre frigo mais avec des images car sinon on ne comprendrait pas… On est trop con nous, la France d’en bas.

Vous pouvez jouer avec l’argent de vos zimpôts ici : ici pour jouer à ranger tes courses dans le frigo virtuel conçu pour toi par l’état!

Alors stop, non mais stop quoi… ne perdez pas de temps avec des faux sujets, occupez-vous des vrais problèmes. Hier, c’est la sinistresse de l’Enseignement supérieur qui voulait pondre une nouvelle loi sur les étudiants créateurs d’entreprises… au moment où le même gouvernement veut limiter le statut d’auto-entrepreneur… mais c’est hallucinant de bêtise et d’ignorance.

Oui stop, stop et stop, arrêtez tout. Laissez-nous faire, vous êtes des grands guignols branquignols et encore, je surveille mon langage… Ne nous expliquez pas comment ranger notre frigo mais comment le remplir bande d’abrutis décérébrés.

Trouvez-nous des boulots pas des modes d’emploi pour ranger nos frigos…

La France est en colère, elle a de quoi, et estimez-vous heureux que les Français se montrent encore aussi charmants et civilisés.

Restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez-bien !!

Extr. de « Le Contrarien »

Le « mariage homo » toujours illégal en France : le vote truqué à l’Assemblée nationale

Créé par le 08 oct 2013 | Dans : Non classé

Les apparences sont parfois trompeuses, et elles trompent parfois tout le monde. Qui sait aujourd’hui que le « mariage homosexuel » est en fait encore illégal en France ? Qui sait aujourd’hui que la loi Taubira n’a pas été votée ? Qui sait aujourd’hui que des fraudes prouvées et reconnues ont eu lieu pendant le processus électoral de la loi Taubira à l’Assemblée nationale, annulant de facto la légalité et la légitimité du vote ?

 

Le

 

Avec ce genre d’information, il y a de quoi non seulement faire tomber le gouvernement, mais surtout de quoi mettre un coup d’arrêt à la marchandisation de l’humain qui se prépare : PMA, GPA, commerce des enfants et « location du ventre des femmes » (dixit Pierre Bergé). Toute affirmation réclame des preuves. Quelles sont-elles ? On les trouve étalées aux yeux de tous dans les comptes-rendus officiels des séances à l’Assemblée nationale des 3 et 5 février 2013.

Une vidéo de l’Assemblée et quelques articles de presse les rapportent également. Qu’y lit-on, qu’y voit-on ? Les interventions de Christian Jacob, président du groupe UMP à l’Assemblée, et les réponses des présidents de séance, Claude Bartolone et Christophe Sirugue. Dans des « rappels au règlement », Christian Jacob signale avoir vu des parlementaires dans l’hémicycle appuyer sur plusieurs boîtiers de vote, ce qui revient à « bourrer les urnes », et les présidents de séance, loin de nier les faits, les reconnaissent volontiers.

Nous proposons ci-dessous plusieurs pièces à conviction prouvant le trucage et le laisser-faire des présidents de séance :

Mariage homosexuel : Quand les députés socialistes trichent à l’assemblée !

 

Mariage homosexuel : les députés trichent-ils en votant à plusieurs reprises ?

Dénaturation du mariage : avec 60 députés présents, la gauche arrive à obtenir 148 votes favorables

 

Assemblée nationale – XIVe législature – Session ordinaire de 2012-2013 :

Extrait :

Christian Jacob : Mon intervention se fonde sur l’article 58 du règlement. Monsieur le président, j’appelle votre attention sur le bon déroulement des votes par scrutin public. Je souhaite que vous puissiez le faire vérifier par le service de la séance, grâce notamment aux enregistrements vidéos. Ce n’est pas la première fois que j’ai compté quelque 60 députés de la majorité présents pour un total de 148 votes. Je voudrais qu’on reste très attentif au fait que chacun vote uniquement à partir de son propre boîtier et seulement celui-ci.

(Exclamations sur les bancs du groupe SRC)

Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale : Je demande à chacun des présents de n’appuyer que sur le bouton de son boîtier. (…)

Christian Jacob : …et vous l’aurez noté, monsieur le président : depuis que vous avez invité chacun à ne voter que sur son boîtier, les votes de la majorité ont singulièrement baissé.

- Troisième séance du dimanche 3 février 2013 – Article 1er quater (partie 1)

- Troisième séance du dimanche 3 février 2013 – Article 1er quater (partie 2)

 

Extrait :

Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale : La parole est à M. Christian Jacob, pour un rappel au règlement.

Christian Jacob : Il a trait au bon déroulement de nos travaux, sur la base de l’article 58 alinéa 1. Dimanche, j’ai signalé au président de notre assemblée que certains collègues de la majorité utilisaient plusieurs boîtiers de vote.

Pascal Deguilhem : Cela ne se fait pas de votre côté, bien sûr !

Christian Jacob : Le président a fait remarquer que chacun devait se concentrer et ne voter que sur un seul boîtier, le sien. Le vote suivant, les résultats ont chuté d’une vingtaine de voix.

(Protestations sur les bancs du groupe SRC)

Vous vérifierez cela dans le compte rendu. À nouveau, lors du dernier vote, l’un de mes collègues a vu un député de la majorité appuyer sur trois boîtiers.

(Vives protestations sur les bancs du groupe SRC)

Marie-Françoise Clergeau, rapporteure pour avis :C’est acrobatique !

Audrey Linkenheld : Nous n’avons que deux mains ?

Christian Jacob : Monsieur le président, je vous demande officiellement de saisir le bureau afin qu’il puisse visionner le dernier vote, pour s’assurer qu’aucun député n’a appuyé sur trois boîtiers. Si les couplages sont bien faits – et je fais confiance au groupe SRC sur ce point –, cela représente un écart de six voix pour un seul député, ce qui peut être très grave pour les résultats.

(Applaudissements sur les bancs du groupe UMP – Protestations sur les bancs du groupe SRC)

Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale : Monsieur le président Jacob, la demande sera transmise au bureau. Je me suis permis de faire la remarque tout à l’heure, pour avoir observé de chacun des côtés ce type de pratique, que je trouve déplorable. J’observe néanmoins qu’un regard rapide sur les députés présents montre que, de toute façon, cela ne serait pas de nature à remettre en cause le sens du vote.

– Deuxième séance du mardi 5 février 2013 – Article 4 (suite)

 

Comment un tel scandale peut-il passer inaperçu ? La dernière phrase de l’extrait ci-dessus nous met sur la piste : le président de séance y reconnaît ouvertement les fraudes mais les tolère sous prétexte que cela ne remet pas en cause « le sens du vote ».

 

Une décision jurisprudentielle du Conseil constitutionnel a rendu possible cette anomalie, la décision 86-225 DC publiée dans le JO du 25/01/1987, dont voici l’extrait litigieux sur Légifrance :

« 4. Considérant que pour l’application de ces dispositions, la circonstance que, dans le cadre d’un scrutin public, le nombre de suffrages favorables à l’adoption d’un texte soit supérieur au nombre de députés effectivement présents au point de donner à penser que les délégations de vote utilisées, tant par leur nombre que par les justifications apportées, excèdent les limites prévues par l’article 27 précité, ne saurait entacher de nullité la procédure d’adoption de ce texte que s’il est établi, d’une part, qu’un ou des députés ont été portés comme ayant émis un vote contraire à leur opinion et, d’autre part, que, sans la prise en compte de ce ou ces votes, la majorité requise n’aurait pu être atteinte ; (…) »

 

On trouve un commentaire critique de ce tour de passe-passe juridique dans un article titré « Que se passe-t-il en cas de fraude électorale ? » sur un site officiel consacré à la vie publique :

« Un juge électoral, une fois saisi, peut sanctionner les fraudes, mais ce n’est pas systématique. En effet, la jurisprudence veut qu’une élection ne soit annulée, ou les résultats modifiés, que si les fraudes constatées ont eu pour effet de déplacer un nombre suffisant de voix pour fausser les résultats. Ainsi, des atteintes aux règles définies par le Code électoral peuvent rester impunies si elles n’ont pas eu pour conséquence de modifier les résultats. Certains spécialistes du droit électoral contestent cette ligne jurisprudentielle, qui ne participe pas, selon eux, à la moralisation des comportements à l’occasion des campagnes électorales. »

 

Il y a donc un scandale dans le scandale : non seulement des fraudes électorales ont lieu en toute impunité à l’Assemblée nationale, mais encore une jurisprudence datant de 1987 rend ces tricheries « légales » sous certaines conditions, notamment « si elles n’ont pas eu pour conséquence de modifier les résultats ». Il faut certainement comprendre : les résultats prévisibles. La question qui se pose tout de suite : si le résultat d’un vote est à ce point prévisible, alors pourquoi tricher ?

En outre, le bon sens le plus élémentaire veut que toute tricherie soit sanctionnée, quel que soit le résultat. Et un droit qui ne serait pas conforme au bon sens serait simplement illégitime. De plus, le droit et la philosophie du droit sont des disciplines précises du point de vue sémantique. Si, dans certaines circonstances, des fraudes électorales reconnues comme telles par le législateur ne sont pourtant pas dénoncées comme telles, avec pour conséquence l’annulation du scrutin, cela signifie que ces fraudes sont tolérées par le législateur et qu’elles sont donc devenues miraculeusement « légales ».

Cette jurisprudence revient donc à introduire discrètement dans le droit français le concept de « fraude légale ». Ce concept de « fraude légale » étant contradictoire dans les termes, donc inconsistant du point de vue strictement logique et linguistique, donc vide de sens (comme le concept de « cercle carré »), il est aussi de valeur nulle en philosophie du droit, et donc irrecevable en pratique du droit. Sauf à frauder à son tour avec le sens des mots et la réalité. Mais ce n’est pas parce que le Conseil constitutionnel dit que 2+2=5 que cela devient vrai…

Les faits sont là : la loi Taubira n’a pas été votée « légalement », c’est-à-dire sans fraude ; elle n’a donc pas été votée tout court. Au-delà des débats pour ou contre le « mariage homo », pour ou contre l’objection de conscience des maires, pour ou contre l’abrogation de la loi Taubira ou son remplacement par un pacte d’union civile, il faut donc rappeler simplement que la loi Taubira n’a pas été votée, et que le « mariage homosexuel » est en fait encore et toujours hors la loi dans notre pays.

La diffusion maximum de la vérité sur le non-vote de la loi Taubira pourrait bien être l’une des priorités de l’époque. Cette vérité encore confidentielle doit être rendue publique sur la plus large échelle, afin de l’ancrer dans les esprits et qu’elle devienne une vérité commune et sue de tous. Conserver présent à l’esprit qu’il y a eu des fraudes et que la loi autorisant le « mariage homo » n’est donc pas votée en France ne pourra que renforcer la détermination de tous les militants qui luttent contre la dénaturation et l’artificialisation du vivant. La révélation des fraudes à l’Assemblée permettra de déstabiliser profondément le mondialisme et ses représentants en France, le lobby LGBT et les idéologues de la confusion des genres et du pinkwashing (tactique d’influence israélienne consistant à porter des jugements de valeurs politiques sur la base du clivage (gay friendly or not).

Pour conclure, lançons un avis à tous les maires de France : en 2013, il vous est toujours interdit de « marier des homosexuels » car aucune loi n’a été votée qui l’autorise ; invoquer l’objection de conscience pour refuser de « marier des homosexuels » est donc superflu car les homosexuels n’ont pas le droit de se marier en France.

Et un avis à la population française et à tous ceux qui luttent pour l’humain, le mariage, la famille et la protection de l’enfance (Manif pour tous, Civitas, Printemps français, Fils de France, Veilleurs et Sentinelles, Hommen et Antigones, Avenir pour tous, Radio Courtoisie, etc.) : la loi Taubira sur le « mariage homo » n’a pas à être abrogée, ni annulée, ni remplacée par un pacte d’union civile car la loi Taubira autorisant le « mariage homo » n’a pas été votée.

 

 

 

 

 

 

 

Source

 

Pôle Emploi, discriminatoire ?

Créé par le 25 sept 2013 | Dans : Analyse politique

Je vous faisais part au mois de mai ( Pôle Emploi, privatisée), de la chance que pouvait avoir un chômeur en début de mois pour ses déplacements pour un entretien d’embauche par rapport à un chômeur qui se présente en fin de mois.

L’histoire de ce chômeur, qui n’avait pu avoir d’indemnités par ce que l’entreprise qui le convoquait n’était pas proche d’un gare SNCF, se poursuit.

Ne touchant pas le minimum chômage, tant mieux pour lui, ce chômeur se coit désormais refuser toute aide au déplacement !

Il y a 2 mois, ce chomeur pour se rendre en train à un entretien, déboursait la somme de 50 € environ.

Désormais plus rien n’est pris en charge!

J’en conclus que ne touchant pas ce fameux minimum chômage, il est considéré comme riche, donc il doit payer un « impôt » supplémentaire?

Le gouvernement Ayrault sous la présidence de Mr Hollande se trompe bien de bataille dans leur lutte contre le chômage.

Pôle Emploi, établissemnt public est gérée comme une entreprise privée avec ses restrictions bugétaires.

Et qui pâtit des mauvaises gestions ou du manque de crédit ?

Les « chômeurs riches »  évidemment !

Ce chômeur m’a confié avoir décidé de déduire de ses impôts (oui, il en paye aussi !) tous ces déplacements en train. Il en est environ à 500 €.

Il va de soi que cette inégalité de traitement face au chômage est une discrimination, !!

Mais cette discrimination là, qui en parle ? Les médias ? Les syndicats ? Les machins de lutte contre les discriminations ?

 

Pendant ce temps…

Je vous laisse découvrir les frasques de nos administrateurs si prompts à lutter contre toute sorte de discriminations :

 

Pôle Emploi, discriminatoire ? dans Analyse politique reparation-voiture

« Dit maman, qu’est-ce que la démocratie? »

Créé par le 23 sept 2013 | Dans : humour

Un gamin d’origine africaine demande à sa mère:

« Maman, qu’est-ce que la démocratie ?  »
 » Eh bien, mon fils, c’est quand les Français travaillent tous les jours pour que nous puissions avoir tous nos avantages sans rien faire. Comme les téléphones mobiles gratuits pour chaque membre de la famille, le logement gratuit, les restos du Cœur, les bons d’alimentation, la gratuité des soins médicaux et pharmaceutiques, les aides infirmières, les subventions et ainsi de suite.  »
 » Mais maman, est-ce que les Français ne râlent pas à ce sujet ?  »
 » Bien sûr qu’ils râlent mais c’est ce qu’on appelle le racisme ! »

Poème : Le petit coq nain

Créé par le 20 sept 2013 | Dans : humour

Le p’tit coq nain de Tulle
Poème : Le petit coq nain dans humour coq
Le p’tit coq nain de Tulle est venu jeudi soir
Nous dire qu’il était nul, qu’on s’était fait avoir
Que si le blé manquait, c’était pas de sa faute
Que tout son poulailler dansait d’une patte sur l’autre,
Grattait de ci de là, pondait des coquilles vides
Plaçait tous leurs copains inutiles et avides
De ne jamais rien faire à part un peu de lard,
Que si l’on voulait bien il n’était pas trop tard
Pour mettre notre pays au niveau de la Grèce
Et que de toute façon nous l’aurions dans … les fesses !!
Le p’tit coq nain de Tulle est venu jeudi soir
Les plumes en bataille, toujours reteintes en noir
Nous dire, bande d’imbéciles, ne perdez pas espoir
J’ai coulé la Corrèze, je n’en tire nulle gloire.
Patientez, patientez, je suis là maintenant
Pour couler la France aux bons emplacements.
J’ai pas beaucoup à faire on m’aide constamment,
Les quarante inutiles s’appliquent à tous moments
Et pendant ce temps-là je m’occupe des poules
Qui tournent autour de moi, vraiment il y a foule !!
Le p’tit coq nain de Tulle est venu jeudi soir
Dressé sur ses ergots du haut de son perchoir
Fustigeant les rapaces, ses vils prédécesseurs
L’empêchant lui et ses copains de faire leur beurre.
Le jabot de travers toujours évidemment
Il aurait bien voulu se croire compétent.
Bien d’accord sur ce mot en le coupant en deux
Sachant depuis longtemps qu’il nous restait les yeux
Pour pleurer sur la France vidée, exsangue et nue
Par tous ces incapables vivant comme de sangsues !
Le p’tit coq nain de Tulle est venu jeudi soir
Il peut lisser ses plumes, vous vous êtes faits avoir.
Si l’important pour lui n’est pas le chômage
Il a bien trop à faire pour bouffer le fromage
En s’occupant des gay, des drogués et des émigrés
Il faut bien sûr maintenant taxer les retraités
Ceux qui ont voté pour lui, c’est bien pour leur malheur
Il en a rien à foutre de tous les électeurs
Maintenant qu’il a la place, il y met tout son cœur
Pour vivre sur notre dos comme toujours en douceur !
Le p’tit coq nain de Tulle est venu jeudi soir
Il dit qu’il nous em …fume, qu’on est de bonnes poires
Qu’il allait nous presser comme de vulgaires citrons
C’est bien fait pour not’ gueule puisqu’on est assez cons
Pour croire toutes les promesses qu’il ne veut plus tenir,
Il n’y a pas de crise il l’a pas vue venir …
Le p’tit coq nain de Tulle est un triste vautour
Il s’est bien déguisé sous de jolis atours
Il voudrait nous faire croire qu’il est socialiste,
Quand lui et ses copains sont tous capitalistes.
Alors, n’attendez rien de ces tristes fumistes
Que des impôts nouveaux ajoutés à la liste.
hollande-calimero-242x300 dans humour

Delanoë démasqué !!!

Créé par le 19 sept 2013 | Dans : Ecrire un secret...

DELANOE DEMASQUE par Capital et l’Inspection générale de la ville de Paris

DELANOE PLUS VOYOU QUE CHIRAC ?
Lorsqu’il tenait l’Hôtel de ville de PARIS, Jacques CHIRAC appointait discrètement 21 personnes qui travaillaient en réalité pour le RPR. Avec l’aide de l’UMP, il vient d’ailleurs de rembourser la somme de 2,2 millions d’euros à la Mairie de Paris.
Delanoë démasqué !!! dans Ecrire un secret... jacques-chirac-et-bertrand-delanoe-
Eh bien, selon la revue « CAPITAL », Bertrand DELANOE fait mieux encore !
Voilà neuf ans que ce cachotier finance avec l’argent du contribuable une bonne trentaine de postes de permanents CGT, planqués dans une des mutuelles de la ville : la MCVPAP…
Dans un rapport au vitriol, l’Inspection générale de la ville de PARIS, chiffre à 1,2 million d’euros par an, le coût de ce petit cadeau consenti, sans aucun fondement juridique, à l’organisation de Bernard THIBAULT…
On peut donc estimer que plus de 10 millions d’euros ont été consacrés depuis 2001, à cette oeuvre charitable.
Cinq fois plus que les frasques de Jacques CHIRAC !
Même, en s’y mettant à deux, Bertrand DELANOE et Bernard THIBAULT auront beaucoup de mal à rembourser
Sur cet article, les Médias, tenus par la Gauche, sont restés très discrets !!!
Vous pouvez lire l’intégralité de cet article dans le site :
L’incroyable dérive financière de la mairie de Paris »
Source : Magazine Capital
Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas, avant les élections municipales…
12345...17

PEDN Allemagne |
Carentambition pour CARENTAN |
Ensemble pour une Martiniqu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Villeneuvedolmesnotrevillag...
| lescommunes
| BAIE MAHAULT : Blog-notes d...