Non classé

Articles archivés

Vérités sur le mariage dit pour tous

Créé par le 29 mai 2013 | Dans : Non classé

Si je veux être incesteux, pédophile, zoophile, nécrophile… qui pourra m’en empêcher ?

Merci monsieur Hollande !

Merci monsieur Ayrault !

Merci monsieur Valls !

Merci madame Taubira !

De pouvoir laisser s’exprimer au grand jour toutes mes pulsions …

 

Merci aussi de créer des générations de dégénérés ! …

A j’oubliais que vous alliez obligé l’avortement préventif de ces dégénérés. Il n’est donc point nécessaire de promouvoir les mères porteuses (GPA) ni l’adoption par les binômes des même sexe (PMA).

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Moustatki

Créé par le 24 mai 2013 | Dans : Non classé

Il était certes un grand auteur compositeur.

Mais comme beaucoup dans la nébuleuse « show-business » certains commettent l’irréparable.

Et comme il fait bien entendu parti de l’élite militante de gauche personne n’en parle: il ne faut pas salir sa mémoire.

Les faits sont là. Lu ici.

Tandis que les médias français pleurent « un homme en blanc, barbe assortie, longs cheveux idoines », aucun ne rappelle que Georges Moustaki faisait partie des 63 signataires d’un texte de soutien au pédophile Gérard R. (qui attendait depuis 18 mois son procès) paru dans Libération en mars 1979. Y est notamment dénoncé  »l’ordre moral » qui viserait au « maintien de la soumission des enfants-mineur(e) s au pouvoir adulte » et affirmé que « l’amour des enfants est aussi l’amour de leur corps. Le désir et les jeux sexuels librement consentis ont leur place dans les rapports entre enfants et adultes. Voilà ce que pensait et vivait Gérard R. avec des fillettes de 6 à 12 ans dont l’épanouissement attestait aux yeux de tous, y compris de leurs parents, le bonheur qu’elles trouvaient avec lui ».

Hollande cocufie les homos

Créé par le 24 mai 2013 | Dans : Non classé

Ce 18 mai 2013, François Hollande a donc promulgué le prétendu « mariage pour tous« .

On a beaucoup dit combien cette loi Taubira nuit à la famille, aux enfants, à la société.

On n’a pas assez dit le tort qu’elle fait aux homosexuels.

Car, oui, la loi Taubira nuit aux homos.

De trois façons.

   1.  Noce gay sur fond de crise

D’abord, le contexte : cette loi idiote,  imposée de force par un gouvernement impopulaire, au moment même où la France s’enfonce dans le marasme économique, vient au plus mauvais moment.
La France enregistre chaque jour 1000 chômeurs de plus. Le nombre des cambriolages croît à Paris de façon exponentielle (+ 59% en un an…). Hollande, Valls et Taubira se montrent de plus en plus incapables de restaurer l’économie et la  sécurité dans notre pays. Mais le gouvernement affiche aux yeux de tous qu’il a une autre priorité : permettre aux gays de faire la noce !
On voudrait monter l’opinion publique contre les homos, en les faisant passer pour des noceurs égoïstes et nombrilistes, on ne pourrait pas mieux s’y prendre ! Grâce à Hollande, Valls et Taubira, les homos (dont, pourtant, beaucoup n’ont rien demandé) apparaissent désormais comme une catégorie privilégiée. On entend dire de droite et de gauche (et, malheureusement, c’est vrai) que Hollande n’a su faire qu’une seule chose durant sa présidence : satisfaire les caprices du lobby gay. Et comme, pour le reste, tout va mal, il est évident que cela ne peut que susciter l’animosité des Français envers les chouchous apparents du gouvernement (témoins les divers slogans : « La France veut du boulot, pas du mariage homo », ou encore : « Touche pas au mariage, occupe-toi du chômage », ou enfin : « La priorité, c’est Aulnay, pas le mariage gay »).
Bref, Hollande, Taubira et Valls ont rendu un très mauvais service aux homosexuels. Si jamais l’hostilité envers les homos croissait en France dans les prochaines années, ces politiciens socialistes devront en être tenus pour les premiers responsables.

2. Communautarisme aggravé    

Allons plus loin.   Même si le contexte n’était pas ce qu’il est (chômage + crise économique + insécurité + gouvernement nul), la loi Taubira serait de nature à nuire aux homosexuels pour la seule et unique raison qu’elle s’inscrit dans une logique communautariste.

Pour satisfaire les demandes supposées d’une communauté particulière (demandes supposées, car, en réalité, l’immense majorité des homos n’a rien demandé), on redéfinit le mariage.

Autrement dit : au lieu de s’occuper du bien commun du pays (en assurant l’ordre, la sécurité, les conditions nécessaires à une bonne économie, etc.), on s’emploie à satisfaire des communautés particulières. Et ce dévoiement de la politique est particulièrement grave.

En un sens, il était inévitable : à partir du moment où un gouvernement est incapable de satisfaire ses fonctions essentielles (fonctions régaliennes), il essaie de dissimuler sa nullité en s’occupant d’autre chose. Le roi est nu, pardon, le président Hollande, et il n’a pas trouvé d’autre cache-sexeque le mariage gay !

Mais un gouvernement digne de ce nom (= soucieux du bien commun) n’a aucune raison de favoriser, promouvoir, financer ou officialiser l’homosexualité. Pour cette bonne raison, simple et évidente, que l’homosexualité n’apporte rien au bien commun du pays !

Si le mariage est officialisé, promu et favorisé par la société, c’est parce que l’engendrement et l’éducation des enfants par leurs parents est très utile à la société. C’est l’avenir du pays. Un bon gouvernement a donc le devoir de favoriser les familles.

Mais le comportement homosexuel, lui n’apporte rien de tel. Il n’a donc aucune raison d’être officialisé. C’est pourquoi, non seulement le prétendu mariage homosexuel est une absurdité, mais même ces projets d’union civile sur lesquels la droite se rabat aujourd’hui. Parce que (je sais : je me répète…) il n’y a aucune raison de donner un statut public et officiel à l’homosexualité…

Le rôle d’un vrai gouvernement est de veiller au bien commun du pays. Bien commun, c’est-à-dire commun à tous, y compris aux homos. Les homos en profitent, comme les autres, mais pas en tant qu’homos : simplement en tant que citoyens français. Il n’y a aucune raison de faire des homos une catégorie à part, qui bénéficierait d’une protection particulière ou d’avantages spéciaux. (Parenthèse : c’est pourquoi les lois anti-homophobie sont injustes. Les personnes homosexuelles ont tout simplement droit à la même protection que les autres Français. Pas moins, mais pas plus. Pour les protéger, le droit commun suffit. Il n’y a aucune raison de faire des lois spéciales, qui sont même, en réalité, plutôt injurieuses à leur égard. En tout cas, moi, je les prends comme telles. Je ne suis nullement flatté d’être considéré comme une sorte d’espèce protégée, qui aurait besoin d’égards spéciaux, comme si nous étions plus fragiles que les autres !…)

Le problème, le gros problème, c’est que les politiciens actuels,  ne songent qu’à eux-mêmes, au lieu de s’occuper du bien commun. But premier : non pas la France, mais  leur réélection ! Les intérêts du parti passent donc bien avant ceux de la Patrie ! Il ne s’agit plus de veiller au bien de l’ensemble du pays, mais de satisfaire telle ou telle catégorie dont il faut attirer les votes.

Ce communautarisme est un très grave dévoiement de la démocratie. Et comme toute dérive se paie, tôt ou tard, un jour ou l’autre, c’est certain, les homos auront à payer cette dérive communautariste de la démocratie française.

Comme souvent, ce ne sont pas les coupables qui paieront, mais des homos totalement innocents. Si Hollande, Valls et Taubira vivent encore, on saura contre qui se retourner…

Hollande cocufie les homos cornes

( Homo + coco + content = GAY )

 

3. Escroquerie et cocufiage

Il y a pire encore. Si la loi Taubira (le prétendu mariage pour tous) nuit gravement aux homosexuels, c’est surtout parce qu’elle les trompe.

   La loi Taubira est une escroquerie auprès de laquelle l’affaire Cahuzac n’est qu’une aimable gaminerie.

Aux homos, Hollande, Valls et Taubira prétendent donner le mariage. En réalité, ils ne donnent que la noce. Ce qui est tout à fait autre chose.

Oui, bien sûr, en changeant la définition du mariage, on pourra déclarer deux homos « mariés« . On pourra les fêter pendant un jour et toute une nuit dansante. On pourra les accompagner à coups de klaxon. On pourra prendre de belles photos. On pourra rassembler leur famille et leurs amis autour d’un beau buffet (qu’on leur fera payer bien cher). Tout cela, ce n’est pas le mariage : c’est simplement la noce.

Un mariage, c’est tout à fait autre chose, car c’est la fondation d’une famille. Et qu’est-ce qu’une famille ? Une famille c’est une petite société qui transmet naturellement la vie.

Et ça, qu’on le veuille ou non, ça réclame l’altérité sexuelle.

Deux hommes ensemble ou deux femmes ensemble ne peuvent pas transmettre la vie. S’ils veulent le faire, ils devront nécessairement faire appel à quelqu’un d‘autre. Quelqu’un d’extérieur au « mariage » qu’ils prétendent avoir contracté.

Dans ce cas, pardon de le dire crûment, mais il y aura nécessairement un cocu.

Il y aura un vrai père (ou une vraie mère). Et un cocu. Un cocu volontaire, sans doute. Un cocu content. Peut-être enthousiaste. Mais un cocu. Car il est absolument impossible que deux hommes ou deux femmes conçoivent un enfant sans l’intervention d’une tierce personne, de sexe opposé.

On peut retourner la question sous tous ses angles, je ne vois pas de moyen d’y échapper.

La loi Taubira est donc une monstrueuse escroquerie qui vend aux homos un faux mariage. Une apparence de mariage. Il y a tromperie sur la marchandise !

Il y a bien une noce, mais sans la réalité du mariage, puisqu’il n’y a pas la  fondation d’une vraie famille (= une mini-société capable de transmettre la vie).

Pour les besoins de leur politique, Hollande, Valls et Taubira ont monté une sinistre farce, dont les premières victimes, les grugés, les pigeons, les dindons, et même, disons le mot, les cocus sont bel et bien les homosexuels.

Évidemment, certains d’entre eux, naïfs, tomberont dans le piège. Dans une semaine, on célèbrera avec liesse les premiers « mariages homos ». Les « nouveaux mariés » seront fêtés, applaudis, photographiés, félicités (surtout s’ils ont les moyens de payer généreusement tous les professionnels du mariage, qui seront ravis de cette aubaine). Ce sera l’allégresse, la lune de miel.

Mais un jour, nécessairement, ils ouvriront les yeux. Ils découvriront qu’ils n’ont eu que la noce – sans la réalité du mariage. Ils se réveilleront avec la gueule de bois. Elle risque d’être terrible.

Le lobby gay est aux homos ce que le Parti communiste fut aux travailleurs

Créé par le 24 mai 2013 | Dans : Non classé

Lorsque je déclare (notamment sur mon blog Homo pas gay) que je suis homosexuel mais que je refuse l’idéologie « gay », j’excite toujours l’étonnement, souvent l’incompréhension.

Après un moment de silence, j’entends :

— Houla ! T’as des problèmes dans ta tête, toi !

— Être gay, c’est être homo, non ?

— Où est-ce que tu vois une idéologie gay ?

Et là, c’est moi qui me demande par où commencer…

Peut-être par le 20e siècle, avant la chute du mur de Berlin.

À l’époque, en France, le Parti communiste avait réussi à faire gober à toute une frange de la population qu’il était le seul représentant légitime des « travailleurs ». Tu osais le critiquer ? Tu étais un oppresseur du peuple, un ennemi de la classe ouvrière. Même si tu étais toi-même ouvrier (en ce cas, tu étais, en plus, un traître.) — Même ambiance aujourd’hui. Seuls les acteurs et les costumes ont changé. Les prolos sont devenus les homos, l’internationale rouge a été remplacée par l’internationale arc-en-ciel. Pour le reste, c’est kif-kif. Scénario identique. Si j’ose critiquer l’idéologie gay, je suis homophobe. Si je suis moi-même homo, cela prouve seulement que, en plus, je suis un traître. Le lobby « gay » s’est approprié les homosexuels. Il parle en leur nom, pleure en leur nom, dénonce en leur nom, lutte en leur nom, et, last but non least, touche du fric en leur nom (car ne pas subventionner largement les associations gay, c’est être homophobe ; et comme l’homophobie n’est pas une opinion mais un crime, toutes les collectivités locales, toutes les grosses entreprises, toutes les régies publicitaires sont priées de mettre la main à la caisse. Et plus vite que ça, en cadence, et avec le sourire, s’il vous plaît…)

« Les prolos sont devenus les homos, l’internationale rouge a été remplacée par l’internationale arc-en-ciel. »

Ajoutons que Karl Marx n’était pas saint Vincent de Paul. Pour lui, le prolétariat n’était pas intéressant en tant que faible, mais en tant que fort. Ce qui le faisait vibrer, ce n’était pas la charité, la miséricorde, le souci des faibles ou des petits. Mais seulement lutte des classes. Son but n’était pas de secourir les misérables, mais d’utiliser leur force politique. Pas de servir les malheureux, mais de se servir d’eux pour faire la Révolution. Bref : récupérer, manipuler, instrumentaliser pour le triomphe de l’idéologie. Dans la logique communiste, le syndicaliste doit être révolutionnaire et surtout pas réformiste. Le communisme n’a pas de pire ennemi que les syndicats réformistes, qui, sans références idéologiques, veulent seulement améliorer la situation des travailleurs. Ces traîtres à la cause ouvrière ne sont-ils pas prêts, sous ce vain prétexte, à s’entendre même avec les patrons ? Quelle inconscience ! Les ouvriers seront peut-être mieux traités, mieux payés, mieux protégés, mais ils perdront leur ardeur révolutionnaire ! Ils s’embourgeoiseront ! Or si tous s’enrichissent, c’est la fin du prolétariat ! Qui, alors, fera la Révolution ?

Même logique dans le lobby gay. S’agit-il vraiment de secourir la détresse des pauvres mecs comme moi, qui découvrent progressivement, avec l’adolescence, qu’ils ne sont attirés que par d’autres mecs ? Le lobby le dit (comme le communisme prétendait secourir les ouvriers), mais ce n’est pas vrai. Tu veux la preuve ? Tu n’as que quelques mots à dire. Puis tu guettes sa réaction. Tu seras édifié. Quels mots ? Simplement les noms de quelques anciens homos qui ont réussi à retrouver une sexualité normale. Cite-lui quelques cas (il y en a, réels et bien attestés, même s’ils ne sont pas très nombreux). Tu n’auras pas à attendre longtemps. Mais attention, car la réaction sera violente. Le lobby gay ne peut envisager sereinement l’idée qu’un homo ait trouvé la paix, la joie, l’équilibre et le bonheur en abandonnant ses pratiques homosexuelles. Cette seule idée le met en rage ! Il crie à l’escroquerie, au scandale, à l’intolérance, au blasphème. — Oui : blasphème. Car l’idéologie gay, comme toutes les idéologies modernes – et le communisme – est une véritable religion séculière, avec ses dogmes, ses rites et ses interdits moraux. J’y reviendrai.

En attendant, si un militant gay me lit, il est déjà au bord de l’apoplexie. Pour lui, le pire des crimes, la plus scandaleuse des perversions, la plus révoltante des infamies, c’est de vouloir ramener un homosexuel à une sexualité… j’ose à peine dire « normale », pour ne pas l’achever… disons « courante », si ça lui chante (je refuse de toute manière d’employer le terme « hétérosexuel » qui est piégé).

« Ramener un homo à la sexualité courante ? Pour le lobby, c’est impossible. Un homo est un homo. »

Ramener un homo à la sexualité courante ? Pour le lobby, c’est impossible. Un homo est un homo. Vouloir le changer, c’est vouloir qu’il se renie lui-même, qu’il s’automutile, qu’il bafoue son identité. Et attention, car là, tu touches à la fois à un dogme et à un tabou. Tu atteins le cœur même de l’idéologie gay : il existe une identité homosexuelle. Si tu le nies, tu es un hérétique. Pire qu’un hérétique : un tortionnaire en puissance. Un génocideur.

Moi, qui suis à la fois myope et homosexuel, j’ai le droit de regretter d’être myope. J’ai le droit d’aspirer à une opération chirurgicale qui me rendrait la pleine vue. Mais je n’ai pas le droit de regretter d’être homo. Je n’ai pas le droit d’aspirer à une sorte d’opération psychologique qui me  rendrait normal (oui, allons-y : normal !). Note bien que la question essentielle n’est pas de savoir si cette conversion psychologique est possible. Le dogme gay prétend qu’elle est impossible, mais il est inutile d’en discuter, et il est même interdit d’en discuter, parce que avant, déjà, la morale gay proclame qu’il est interdit de seulement souhaiter un tel changement. Un homo n’a pas le droit de désirer devenir normal, tout simplement parce qu’il doit absolument croire qu’il est normal. Penser autrement, c’est blasphémer. Et c’est se rendre complice de cette abominable société homophobe qui pousse chaque année des milliers d’homos à se suicider. Na !

Pour s’imposer, le communisme jouait d’un argument très simple, la dialectique du progrès : Je suis le progrès, tu es la réaction.  En tant que progrès, j’ai toujours le droit d’avancer. Puisque tu es passéiste, tu n’as, toi, jamais le droit d’avancer. Tu peux, si tu veux, essayer de retarder ma marche, mais pas plus. Si tu prétends inverser la marche, tu deviens illégitime, et j’ai le droit de te supprimer, par tous les moyens.

Simpliste, mais efficace. Surtout dans les médias. Grâce à cette technique d’intimidation psychologique, le communisme n’a jamais besoin de justifier rationnellement ses thèses et ses propositions. Elles échappent aux catégories ordinaires du vrai et du faux, du rationnel et du mythique. Elles sont justes d’avance, puisqu’elles vont, par définition, dans le sens du « progrès ».

Débat truqué d’avance. Débat, car il faut bien donner l’impression de la démocratie. Mais la question n’est jamais de savoir dans quel sens avancer, mais seulement à quelle vitesse avancer.

Dans leur magnanimité démocratique, les forces de progrès reconnaissent aux « conservateurs » le droit de retarder la marche du progrès. Mais pas plus. Si jamais ils prétendent inverser la tendance, ils deviennent de dangereux extrémistes qu’on doit mettre hors d’état de nuire. Contre ces dangereux terroristes, tout est permis. On commence par le lynchage médiatique, et l’on va, si c’est nécessaire, jusqu’aux camps de concentration.

Là encore, tout le monde peut voir combien le lobby gay reprend parfaitement la technique communiste.

Jusqu’au goulag ?

Récession?

Créé par le 15 mai 2013 | Dans : Non classé

La France est en récession ?

« Il faut aller chercher de la croissance là où il y en a  » nous bassine le président Hollande.

Eh bien monsieur le président, la croissance cela se crée !

Le problème pour vous, personnages de gauches engoncés dans votre idéologie, c’est que là où il y a de la croissance, il y a  de l’argent.

Et la où il y a de l’argent vous le taxez !

La solution, libérer les forces vives, les entrepreneurs, lacher du lest !

  • C’est pourtant bien simple:
  • diminution des charges patronales (investissement des entreprises, création de richesses, embauches)
  • diminution des charges salariales (augementation du pouvoir d’achat, relance de l’économie)
  • Baisse de la TVA (relance de l’économie)
  • Diminution des lourdeurs administratives à la création ou reprise d’entreprises

Oui me rétoquerez-vous, s’il y a moins d’argent comment fait-on pour l’Etat?

Tout simplement par donner l’exemple, ce que doit faire l’Etat en toute chose:

  • Ne pas mentir au français
  • Diminuer drastiquement le nombre pléthorique de ministres, secrétaires etc… efin, tout ce qui occupe des hauts voire très hauts fonctionnaires payés à remplir des rapports inutiles parce que non suivis d’effet.
  • Diminuer les dépenses ministériels à commencer par la suppression de ministères inutiles.
  • Diminuer le nombre des fonctionnaires (ne pas remplacer les départs en retraite, pour commencer)

Simple question de bon sens

Peut-être qu’avec cela Pépère coincé arrivera à tenir ses promesses présidentielles : « Moi, président de la République, je ».

Comment une gauche avec ses oeillères idéologiques (marxiste, léniniste, trotskyste, maoiste etc…)peut-elle prétendre être une force de progrè alors qu’à chaque fois qu’elle est aux affaires elle nous prouve factuellement le contraire.

Le changement vers la régression sociale, c’est maintenant !

La police ridiculisée d’un gouvernement ridicule

Créé par le 14 mai 2013 | Dans : Non classé

Tous les Français ont pu constater hier au soir sur toutes les chaînes de télévision l’ampleur de l’abjection et du ridicule caractérisant le gouvernement de Mr Hollande, de son ministre de l’Intérieur, de sa ministre de la Justice et aussi la posture grotesque du préfet de police de Paris.

Il est évidemment plus facile d’utiliser les CRS et gardes-mobiles et des hordes de flics en civil pour réprimer les manifestants pacifiques de la Manif pour tous, y compris en aspergeant de gaz lacrymogène dangereux des femmes et des enfants. Mais ces dernier, aux yeux de la bande des sans-culottes qui prétendent nous gouverner, étaient, il vrai, coupables de crimes tels que de tenir quelques petits fanions ou drapeaux au bout de dérisoires lattes de bois.

Ces manifestants n’ont jamais rien cassé, jamais brisé de vitrines, jamais incendié de voitures. Ils ont été par centaines malmenés, appréhendés, gardés à vue, et même, pour certains de surcroît, emprisonnés deux jours durant sans l’ombre d’un motif.

Et l’on a même vu aussi de misérables exécutants d’ordres indignes, caparaçonnés de partout, matraquer avec délectation des mères de famille.

Hier au soir, c’était une toute autre affaire ! Pour célébrer la victoire d’un club de sport jadis parisien acheté par l’État islamiste du Qatar, la faune des racailles avait tenu à être de la fête, selon leurs us et coutumes ! Et alors, après des heures de casse et de feux de joie, selon le goût de ces voyous, les vaillantes cohortes de la République de Hollande, Valls et Taubira, quoique au nombre de 800, n’ont pu procéder qu’à 21 interpellations !

Il est vrai que ces jeunes gens encagoulés n’étaient pas des « fachos » coupables de faits de défense réactionnaire de la famille aussi graves que de pousser des landaus avec de petits français dedans. On a d’ailleurs vu et entendu longuement hier au soir le distingué vice-président de SOS Racisme chargé du sport, l’inénarrable Hermann Ebongue, avec sa coiffure « afro » si artistiquement tressée, manifester dans son langage embarrassé sa compréhension pour la cause des « ultras» et aussi toute sa reconnaissance pour le Qatar  (Bizarre, vous avez dit bizarre ?).

La vérité, c’est que pour Hermann Ebongue et son association si richement subventionnée, pas plus que pour dame Taubira, il n’y a lieu de s’inquiéter des déferlements d’une barbarie pourtant à l’évidence suscitée par le plus total mépris raciste pour la France et les Français.

L’AGRIF, bien sûr, demande la révocation du préfet de police de Paris, et aussi, pour leur échec sans cesse amplifié, des ministres de l’Intérieur et de la Justice. Mais la décision la plus nécessaire, sans attendre qu’elle soit rendue inéluctable, ce serait celle que Mr François Hollande devrait prendre dans l’intérêt de la France et son propre intérêt : sa démission.

Bernard Antony

Bon anniversaire Tonton Hollande !

Créé par le 07 mai 2013 | Dans : Non classé

Bon anniversaire Tonton Hollande !

La chasse aux sorcières

Créé par le 01 mai 2013 | Dans : Non classé

Quand des journalistes dénoncent… un journaliste !

La chasse aux sorcières denonciation-delation

L’heure est à la délation dans la presse. Il ne sera pas dit que le journaliste qui a filmé le « mur des cons » dans les locaux du Syndicat de la magistrature restera impuni. Il est urgent qu’il soit châtié. Et ce n’est pas seulement la direction de France 3 qui le réclame, mais ses confrères syndiqués ! Eh oui, prenant son courage à deux mains, le SNJ-CGT de la chaîne publique a demandé que soit traduit en conseil de discipline l’auteur présumé des images. En attendant de le virer purement et simplement, j’imagine.

Vous me direz : que représente le SNJ-CGT ? Rien ou presque, c’est vrai. Mais il n’est pas seul ! Son grand frère, si j’ose dire (je parle du puissant Syndicat national des journalistes), donne dans la même veine, rappelant « que l’utilisation d’images volées dans un lieu privé, en l’occurrence les locaux du Syndicat de la magistrature, est contraire à la déontologie professionnelle la plus élémentaire ».

Parce que, vous ne l’aviez pas remarqué à la lecture de la presse ou en regardant la télé, mais les journalistes ont des principes. Ils ont toujours à portée de main leur charte déontologique. Et ils s’en servent. La preuve ? Ils sont bien décidés à faire payer son audace à leur confrère qui a eu le mauvais goût de filmer les locaux du Syndicat de la magistrature.

Le scandale, vous l’avez maintenant compris, ce n’est pas d’avoir épinglé la bobine des « cons » en question sur un mur mais de le dénoncer ! On ne « vole » pas des images. On doit respecter le caractère « privé » des lieux, expliquent aujourd’hui nos porteurs de carte tricolore. Les mêmes qui applaudissaient quand Mediapart rendait publics les enregistrements du majordome de madame Bettencourt ou l’enregistrement des propos de Jérôme Cahuzac sur le répondeur d’un de ses ennemis politiques. Rien de privé dans ces cas, bien entendu…

La mauvaise foi n’a pas de limite. Ou plutôt, l’indignation à géométrie variable. Contre la droite, les riches, la réaction, les extrémistes, tout est permis. Mais qu’on ne touche pas aux amis de gauche : aussitôt, on vous sort les grands principes, oubliés le reste du temps. On aime, dans la presse, le journalisme d’investigation mais seulement quand il s’intéresse à une partie de l’échiquier politique… Pas touche aux forces du progrès !

Et je vous rassure, nos syndicalistes ne sont pas seuls. Jean-Luc Mélenchon est entré à son tour dans le débat autour du « mur des cons », apportant son soutien au Syndicat de la magistrature au nom de… « la liberté d’expression ». Une liberté qu’il a raison d’invoquer, lui qui se plaît à la refuser – y compris violemment – à ceux qui ont l’audace de le questionner sur un ton qui ne lui sied pas. Il faudra le rappeler aux syndicats de journalistes…

À écouter ces grandes consciences, on en finirait par oublier qu’il s’est trouvé des magistrats pour établir une liste de mauvais esprits qu’ils pourraient demain être amenés à juger. Et ce sont eux qui sont censés nous informer…

Robert Ménard, le 30 avril 2013

Selon que vous serez…

Créé par le 28 avr 2013 | Dans : Non classé

Pour une canette jetée sur les forces de l’ordre :

Le militant interpellé à la manifestation du mariage pour tous a été relaxé

« Dans la soirée, un jeune homme de 22 ans a été interpellé pour jets de canette de bière sur les forces de l’ordre, menaces de mort, outrage et rébellion. Il était jugé ce lundi après-midi en comparution immédiate après un week-end de détention provisoire.

Le procureur avait requis six mois de prison dont deux mois ferme à l’encontre de ce jeune homme, déjà condamné précédemment pour s’être opposé à des agents de l’autorité publique. Le prévenu a été relaxé des quatre infractions qui lui étaient reprochées ».

Anti-mariage gay : un manifestant condamné à 4 mois de prison avec sursis

« Un homme de 26 ans reconnu coupable de violences sur des fonctionnaires de police en marge de la manifestation parisienne de mardi contre le mariage homosexuel a été condamné dans la nuit de jeudi à vendredi en correctionnelle à quatre mois de prison avec sursis. Cette peine est assortie d’une obligation d’effectuer 70 heures de travaux d’intérêt général (tig) (…)

Son avocate, Me Anne Bauthéac, a exhorté le tribunal à éviter les «amalgames» en ne faisant pas de son procès celui de tous les débordements. Rappelant que le casier de son client était vierge, elle a jugé disproportionnés les trois mois de prison (dont un avec sursis) requis par le parquet ».

« Sauver l’enfant de la folie idéologique »

Créé par le 28 avr 2013 | Dans : Non classé

« Retirer les enfants le plus tôt possible de leur conditionnement familial et culturel », voici le projet d’un ministre de l’actuel gouvernement socialiste français. Cela a été le programme de toutes les dictatures, et notamment de celles qui concernent Enfants du Mékong : celle des communistes et des communistes khmers rouges.

Arracher l’enfant à l’amour de ses parents, c’est le priver du fondement même de ce qui structure la personnalité d’un homme ou d’une femme. Tous les psychologues expliquent les blessures très profondes d’une enfance privée de l’amour de ses parents. Il y a dans ces terrifiantes théories un remake angoissant de ce que l’histoire récente a expérimenté. Enlever l’enfant de l’amour familial,  c’est vouloir le programmer dans une société révolutionnaire pour en faire un individu sans racine et dépourvu d’autonomie de jugement.

J’ai accompagné et j’accompagne encore ces enfants arrachés à leurs parents et transformés en citoyens aveuglément soumis au parti. Certains ont été enfants-soldats, ils l’ont été dans les armées des forces révolutionnaires que les amis de notre gouvernement acclamaient comme des libérateurs.

Aujourd’hui ces anciens enfants survivent à coup de psychotropes et de longs séjours dans des cliniques psychiatriques. L’un d’entre ceux qui me sont chers, à l’hôpital de Garches, sortant de son coma après une tentative de suicide, m’avouait :

—     Monsieur je vous aime… parce que vous m’aimez.

Il y avait dans la détresse de cet adolescent perdu, l’incompréhension d’un monde où des idéologues formés sur les bancs de nos universités l’avaient jeté.

Certains me trouveront trop sévère à l’encontre de nos intellectuels devenus ministres. Pourtant ceux-ci prétendent vouloir changer la civilisation. Ils l’ont dit. J’ai, pour dénoncer leur folie idéologique, l’immense cohorte de mes enfants du Mékong, broyés, exténués de souffrance, terrifiés et désespérés par les idéologues que leurs pères et eux-mêmes soutenaient fébrilement.

J’ai trop vu pendant plus de trente ans les drames impitoyables, les sanglots inconsolables des peuples et surtout des enfants de ceux-ci pour ne pas consacrer toute ma vie à mettre en garde contre l’idéologie de ceux qui veulent formater l’homme à leur image.

J’éprouve à l’encontre du communisme et des idéologies qui se caractérisent toujours par la haine de la famille et de l’Église la même horreur que pouvaient éprouver les résistants à l’encontre du nazisme.

Aujourd’hui, je trouve magnifique le soulèvement de notre peuple qui veut défendre avec détermination le sanctuaire de l’amour qu’est la famille.

 

Yves Meaudre est directeur général des Enfants du Mékong, Grand Prix des droits de l’homme de la République française.

123456...10

PEDN Allemagne |
Carentambition pour CARENTAN |
Ensemble pour une Martiniqu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Villeneuvedolmesnotrevillag...
| lescommunes
| BAIE MAHAULT : Blog-notes d...