Au sujet de ce directeur d’école condamné pour détention de photos et de films à caractère « pédopornographique », le ministère de l’Education n’y trouve rien à redire.

Pourtant, Najat Vallaud-Belkacem commet ici une faute politiquement impardonnable.

Qu’en aurait-il été s’il s’était agit d’un prêtre?

La presse se serait emparé du sujet, en aurait fait les gros titre et le rouleau compresseur judiciaro-médiatico-politique se serait mis en route pour broyer ce prêtre, et accuser l’Eglise de savoir et de n’avoir pas banni ce prêtre.

Il aurait même demandé des comptes au Vatican. Seulement, voilà, l’Eglise Catholique est la seule vraie institution a avoir fait du ménage et à être intraitable sur des sujets concernant ses membres et des affaires  à caractères sexuels.

Qu’en est-il de la France et de son « Education Nationale » ?

RIEN

 

-