Ce que le gouvernement nie ainsi que le planning familial et toutes les associations qui promeuvent l’avortement.

Les syndromes post-abortifs sont réels. Il faut en parler et informer le grand public.

Les sous-estimer est se rendre coupable des telles atrocités.

 

AVORTEMENT: LA LOI DU SILENCE

 

La réalisatrice Renate Günther Greene a avorté à l’âge de 25 ans. Après plusieurs décennies de refoulement, son retour sur les lieux de l’intervention l’a submergée de douleur. Elle a alors cherché à entrer en contact avec des femmes au parcours similaire, mais s’est heurtée à un mur de silence. Pourquoi, alors qu’elles avaient revendiqué haut et fort le droit à disposer de leur corps dans les années 1970, les femmes éprouvent-elles tant de difficultés à assumer le recours à l’avortement ? La réalisatrice a rencontré la rescapée d’une IVG qui, adolescente, a sombré dans l’anorexie avant de découvrir que son sentiment d’être jumelle ne relevait pas de la démence mais venait de l’intervention subie par sa mère quand elle la portait. Trois femmes qui ont avorté quand elles étaient plus jeunes racontent par ailleurs leur expérience et ses conséquences, entre relative sérénité et culpabilité suffocante.

Séquelles persistantes

« À les entendre, c’était aussi anodin que de se faire opérer de l’appendicite », confie l’une d’entre elles. Entre les sentences du type « Tu vas gâcher ton avenir ! » et le vocabulaire pourtant réconfortant des médecins, qui parlent d’ »amas de cellules embryonnaires » pour désigner le fœtus, certaines femmes regrettent d’avoir manqué d’informations sur la portée de leur décision. Sur dix patientes ayant subi une IVG, deux à quatre d’entre elles, en état de stress posttraumatique, développent ainsi une réelle pathologie et ont besoin d’un suivi psychologique pour faire leur deuil et apaiser leur culpabilité. « J’ai tué un enfant », explique l’une des femmes interrogées, qui s’est reconstruite en fondant une famille et en faisant de la prévention en milieu scolaire. Un documentaire salutaire sur les séquelles occultées de l’avortement.